Cap sur les licences d’occasion : un choix qui permet d’importantes économies !

 In Éco-recyclé
illustration1

La transformation numérique, la mobilité et notamment le BYOD ont bousculé la culture et l’organisation des entreprises qui doivent de plus en plus développer postes de travail et parc de licences.

L’impact de ce changement numérique est également notable sur les budgets puisque la part des dépenses affectées aux acquisitions de licences logicielles, en nette croissance, représente entre 20 et 40% du budget IT.

Le Software Asset management (ou gestion des actifs logiciels) est donc devenu nécessaire et se retrouve au cœur de tous les enjeux des entreprises.

Quelle alternative ?

De plus en plus d’entreprises optent pour les logiciels d’occasion. Pour des performances équivalentes, les coûts d’acquisition sont nettement inférieurs (jusqu’à 70%) à ceux d’un logiciel neuf.

Beaucoup d’entreprises l’ignorent mais, longtemps interdit, le commerce des logiciels d’occasion est désormais légal depuis l’arrêt C128-11 de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 3 juillet 2012.

Le marché français de seconde main est grandissant et est actuellement l’un des plus dynamiques (N°2 en Europe derrière Allemagne) et connaît une demande en hausse des acheteurs publiques.

Dans ce contexte inédit où les finances des entreprises sont soumises à rude épreuve, acheter des licences logicielles d’occasion permet la continuité de l’activité en limitant les dépenses.

Qu’est-ce que les licences d’occasion ?

Les licences d’occasion dites également « de seconde main » sont des licences qui ont déjà été achetées par un utilisateur (à l’éditeur ou un distributeur) mais ne sont plus (ou n’ont jamais été) utilisées.

25 % des licences acquises ne sont pas ou plus utilisées par les entreprises

Ces licences inutilisées font suite à des achats « surdimensionnés », à la migration vers une nouvelle technologie et l’abandon du logiciel, à la réduction d’effectifs, à une liquidation, … et représenteraient une valeur marchande potentielle sur le marché des logiciels de seconde main de 5 milliards d’euros.

Quels avantages pour les licences de seconde main ?

Outre les économies réalisées (jusqu’à 70%), le marché secondaire permet aux entreprises de

gagner en agilité et en flexibilité :

  • Trouver des versions qui ne sont plus commercialisées
  • Ajustement des licences à l’usage réel (augmentation/diminution des effectifs)
  • Optimisation des licences (achats inutiles évités)
  • Acquisition de licence dans sa version définitive avec possibilité de passer à la version antérieure
  • Repousser l’échéance de cloud (principe de sécurité de données pour ceux qui souhaitent rester on premise)
  • Réemploi d’anciennes versions même non supportées
  • S’affranchir du product life cycle de l’éditeur.

Un cadre juridique assuré

Il est primordial de s’entourer de fournisseur expérimenté lors de l’achat /vente de vos logiciels d’occasion. En effet, le process de transfert de vendeur doit être cadré, respectant la législation.

Chez ITANCIA, nous vous simplifions la vente !

Nous nous chargeons de toute la partie administrative pour la vente et certifions que les licences vendues respectent totalement le cadre légal.

Le cadre juridique transactionnel est ainsi connu et assuré : Facture et BL au nom du client entrainant le transfert du droit d’utilisation de la licence.

Contactez votre commercial pour en savoir plus.

Recent Posts